SANS TITRE 2016 : un véritable cabinet de curiosité

« Voici le racourcy du magazin du monde,

La merveille qui tient en alarme les yeux :

Icy du feu, de l’air, de la terre, et de l’onde,

Se trouve au petit pied ce qu’il y a de mieux »

 

Lors de sa première édition, qui s’est tenue au mois d’avril, Sans titre (2016) donnait à voir l’appartement fantasmé d’un jeune collectionneur, personnage fictif dont le spectateur découvrait la personnalité au gré de ses possessions. L’idée de collection, en ce qu’elle reflète l’intimité inhérente au lieu privé qu’est l’appartement, à rebours de l’aspect public qui caractérise la galerie, est au cœur du projet Sans titre. Pour ce second opus, nous nous sommes donc attachés à explorer l’un de ses plus anciens paradigmes : les cabinets de curiosités.

Nés au XVème siècle, ils constituent en effet l’un des premiers exemples dans l’histoire de l’humanité de l’accumulation d’objets qui n’est plus uniquement liée à des considérations d’ordre pécuniaire, de pouvoir, ou bien à leur caractère votif.

Sans titre

Avec les cabinets, se développe l’idée que le goût, le savoir, la capacité du seigneur à s’entourer des meilleurs artistes sont le gage de ses qualités d’homme. Propriété des plus puissants mais également des hommes de sciences et de lettres de leur temps, ils sont également le reflet de la diversification des acteurs d’un marché de l’art naissant. Fruits de négoces mais également d’échanges à travers l’Europe, ils illustrent d’autre part les prémices d’une internationalisation des idées.

Tout au long des siècles, les cabinets ont fait l’objet d’un intérêt sans cesse renouvelé. Cette observation est d’une grande actualité – de nombreuses expositions récentes leurs ont été consacrées – et ce pour diverses. La place des collectionneurs au sein des mondes de l’art est de plus en plus fondamentale, en même temps qu’elle est mise en scène. Ceux-ci se font ériger des musées tentaculaires qui participent de la construction de leur hagiographie. Les groupes de luxe, quant à eux, constituent d’impressionnantes collections qui assoient leur renommée et légitimité au même titre que les princes italiens de la Renaissance constituaient de fabuleux cabinets pour renforcer la leur.

Ce regain d’intérêt est également symptomatique de la réactualisation d’une vision iconologique de l’histoire de l’art, telle qu’elle fut développée par Aby Warburg. Dans un monde ultra connecté comme le nôtre où les banques d’images et de données sont accessibles à tous en quelques clics et où l’on scroll d’un cliché à l’autre pendant des heures, cela n’a rien de surprenant. Les cabinets de curiosités ne sont-ils pas l’ancêtre de ces nouvelles habitudes, classifiant les objets par type comme on le ferait avec un hashtag ?

Ce deuxième opus de Sans titre (2016) est ainsi conçu comme un véritable cabinet de curiosités. D’abord, dans une interprétation très littérale de leur vocation encyclopédique, sont mêlés œuvres d’art, objets de curiosités, naturalia (animaux empaillés et autres plantes exotiques) et antiquités.

Art contemporain

D’autre part, à la manière d’une mise en abyme, les artistes exposés se sont réappropriés les thèmes qui traversaient déjà ces collections au XVème siècle : la représentation de la nature, la dichotomie entre naturalia et artificialia, les enjeux de pouvoir liés à la possession d’oeuvres d’art ou encore le monstrueux et l’étrange. Chaque oeuvre exposée à Sans titre pourrait ainsi être la transposition contemporaine d’un objet présenté dans le célèbre cabinet de l’Empereur Rodolphe.

Une multitude de supports et formats ont été privilégiés, reflétant à nouveau cette volonté encyclopédique : peinture, sculpture, photographie, mais aussi art vidéo, performance ou encore livre d’artiste sont ainsi exposés. Comme lors de la première édition de Sans titre (2016), les œuvres sont présentées dans un appartement qui a été entièrement pensé et décoré à cet effet. S’inspirant des gammes de couleurs qui caractérisaient les studiolos italiens, l’architecte Maxime Bousquet a imaginé un écrin ponctué de quelques pièces de design conçues par des créateurs contemporains.

Leave a Reply